Étude : le COVID-19 remet en cause l’avantage du facteur domicile !

On parle souvent de l’importance du “facteur domicile” dans le sport en général. Naturellement, les joueurs ont tendance à se transcender devant leurs supporters. Ainsi en temps normal, on gagne plus souvent à la “maison” qu’à l’extérieur.. qu’en est-il réellement du facteur domicile pendant le Covid ?

Une étude (portant sur la période 2012-2020), menée par Carlos Cuevas, a confirmé notre pensée : les locaux sont défavorisés lorsqu’ils jouent dans un stade vide, sans donc ce fameux 12ème homme, qui sait mettre la pression sur les adversaires et les décisions arbitrales..

Sur quoi se base cette étude ?

L’échantillon : cette étude a été menée sur 41 ligues professionnelles (233 666 matchs joués au total par 1708 équipes) dans 30 pays différents. Parmi les 233 666 matchs de l’échantillon, 2749 matchs (joués dans 28 pays) se sont joués sans supporter et 613 se sont joués avec une grande partie du stade vide (partiel).

La statistique à retenir concernant l’étude et le facteur domicile post covid

Depuis le #COVID19, l’avantage de jouer à domicile s’écroule de 50% ! Cela se ressent aussi au niveau de l’arbitrage.. qui est moins favorable pour l’équipe à domicile (pas de pression des supporters sur le corps arbitral).

On remarque que depuis le début des matchs à huis clos, les arbitres sifflent plus de fautes des locaux que des visiteurs. Avant le COVID-19, c’était tout le contraire. Même remarque pour les cartons jaunes et les cartons rouges. Voici les graphiques :

Récapitulatif des éléments à retenir concernant le Covid et le facteur domicile

  • Avant le COVID : 45% de victoires pour les locaux, 26% de matchs nuls et 29% de victoire des visiteurs.
  • Après le COVID (mesures stade vide ou partiellement vide) : 41% de victoires pour les locaux, 26% de matchs nuls et 33% de victoires des visiteurs.
  • L’équipe à domicile se fait siffler 10% de fautes en plus, reçoit 22% cartons jaunes et 33% cartons rouges en plus par match par rapport à la période POST-COVID.

Voici un résumé de cette étude réalisée par Carlos Cuevas (disponible en anglais). Si vous souhaitez lire l’étude complète (15 pages), je vous invite à cliquer ici. Bonne lecture !

D’autres articles pour progresser sont disponibles en home ici

Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur twitter
Partager sur Twitter
Partager sur telegram
Partager sur Telegram
Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur twitter
Partager sur Twitter
Partager sur telegram
Partager sur Telegram

12 réflexions sur “Étude : le COVID-19 remet en cause l’avantage du facteur domicile !”

  1. Avatar

    Article très instructif.
    C’est certain qu’il faut tenir compte de ces nouveaux paramètres post covid avec tous ces matchs à huis clos.

      1. Super merci beaucoup super article !
        Ca me conforte a continuer de tenter des extérieurs sec car de sacrés côté. Ou jouer des h+1 extérieur

  2. Excellente étude qui confirme ce que je me disais : les arbitres, sans la pression du public, sont beaucoup moins indulgents avec les équipes à domicile.
    Lionel as-tu remarqué une baisse des côtes sur les équipes qui gagnent à l’extérieur ou non ?

  3. Merci pour cet article. Effectivement, les joueurs non plus de pressions du public ou de mal faire pour se faire huer ou siffler. Mais ce qui est pour le facteur domicile l’est aussi pour le facteur visiteur. Il faut se rendre à l’évidence, ce sont tous des matchs sur terrains neutres sans pressions de toutes sortes.
    Les cotes ne peuvent qu’être chamboulées …
    Restent que les over/under et les buteurs ne prennent pas en compte ce facteur pour l’instant .. Je le remarque sur mes paris journaliers
    Chrisguel

  4. 4 points de pourcentage, c’est de ça dont on parle ?

    Avant le COVID : 45% de victoires pour les locaux, 26% de matchs nuls et 29% de victoire des visiteurs.
    Après le COVID (mesures stade vide ou partiellement vide) : 41% de victoires pour les locaux, 26% de matchs nuls et 33% de victoires des visiteurs.

    1. Bonjour Dubitatif, ça fait bien une baisse de 50% à peu près, je maintiens.

      Très simple (on va faire sans arrondit pour que ça soit plus simple).

      À la base 33/33/33
      On parle de 45% de win domicile soit 12% d’écart (avec 33)
      Sauf que là on parle d’un passage à 40% soit 7% d’écart.

      Et donc oui on peut parler d’une baisse d’environ 50%.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Les autres pronos