CSKA Moscou – Real Madrid +22,5 ✅

Like notre page Facebook pour ne plus rien rater !
Sport et Championnat Basket – Euroleague
Date limite avant de parier Vendredi 17 mai à 21h00
Type de pronostic Nombre de points
Pronostic + 163,5 pts
Bookmaker et Cote Parionsweb @1,75
Mise 30€ (1%)
Indice de confiance (1 à 5) 3,5/5

Nous arrivons au dénouement de l’Euroleague, le meilleur week-end de basket européen se déroule de vendredi à dimanche à Vitoria-Gasteiz dans le pays basque espagnol, au sud de Bilbao. Une ville très connaisseuse de basket avec une arène de près de 15.000 places, où son équipe de Baskonia s’est faite éliminée en 1/4 de finale par le CSKA Moscou qui a une nouvelle fois prouvé son excellent niveau en venant à bout de cette très bonne équipe basque. Pour l’anecdote, Pablo Laso, le coach du Real Madrid est né et a grandi dans cette ville, un moment très spécial pour lui de revenir ici y disputer les phases finales de la plus prestigieuse compétition européenne de basket.

Nous avons ici le gratin du basket européen. Comme d’habitude, le trio Real/CSKA/Fener est réuni au sommet européen. Cette saison, l’invité supplémentaire se nomme l’Efes Istanbul après une saison très aboutie, actuel leader du championnat turc devant le Fenerbahce, rien que ça… Je ne vais pas m’étendre ici sur le derby stambouliote à 18h le vendredi mais il y a beaucoup à dire et le Fener a du souci à se faire car l’Efes Istanbul est une équipe qui sait lui résister. Focus sur la demi-finale la plus attendue, celle entre le CSKA Moscou et le Real Madrid. Un remake de celle disputée au même stade de la compétition l’an passé à Belgrade, et remportée par les Madrilènes (92-83). Après une entame poussive, les Espagnols se sont réveillés et ont joué un basket offensif fabuleux qui a laissé pantois les Russes. Avant de rentrer dans l’analyse de la rencontre il faut situer les performances du CSKA au Final 4. Ce n’est pas l’amour fou. Moscou a cette réputation d’équipe qui ne passe jamais le cap à ce moment de la saison. Cette équipe s’est qualifiée 17 fois sur les 18 Final 4 d’Euroleague, une statistique monstrueuse, mais seulement couronnée de 3 titres en 17 participations et 10 éliminations dès la demi-finale. Par définition, je ne joue jamais le CSKA gagnant de sa 1/2 ou de sa finale tellement cette équipe est maudite. Même lors du titre acquis en 2016, on a frôlé le ridicule car Moscou menait de 20 pts face au Fenerbahce à la MT avant d’être rejoint pour finalement arracher la prolongation et par la suite l’emporter.

Ceci dit, passons au match. J’avoue avoir un petit penchant pour le Real Madrid dans cette affiche, mais c’est vraiment du 50/50 tant les effectifs sont de qualités et expérimentés. Les deux équipes sont au complet, seul Sergio Rodriguez (CSKA) est touché à la cheville mais sera apte pour la compétition face à ses anciens coéquipiers où il a débuté sa carrière professionnelle avant de migrer en NBA pour 2 saisons à Philadelphie, le Philadelphie qui jouait le 1st pick de Draft, pas celui qui a frôlé la finale de conférence. Cette opposition ibérico-russe peut nous réserver un duel offensif entre les clubs les plus prolifiques en attaque du Vieux Continent. Plus tôt dans la saison je m’étais cassé les dents pour pas grand chose sur un over pour cette rencontre qui a échoué de peu (82-78). En moyenne, chaque équipe inscrit 86 pts en Euroleague, seul Milan éliminé avant les playoffs avait un total légèrement supérieur. Nous avons ici les deux équipes à la philosophie de jeu similaire : l’attaque. J’utilise rarement l’historique dans mes analyses mais dans notre cas cela semble plutôt pertinent car les effectifs sont relativement stables depuis plusieurs années, le coach est le même et le style de jeu est le même, ainsi un historique a du sens dans notre situation. Sur les 10 derniers affrontements, le total de 160 pts à était atteint 9 fois (je ne compte pas le match pour la 3ème place de 2017 remporté 95-70 par Moscou, aucun enjeu ici). Et le total de 170 pts a été atteint 8 fois. Pourquoi avoir un cut proposé par les books à 163,5 pts alors que nous avons deux machines offensives ?

A cette question, une réponse semble déterminante aux yeux des bookmakers, et qui l’est moins pour moi : la défense. La Real Madrid, connu pour jouer l’attaque à outrance, s’est enfin mis à défendre cette saison, et possède la 4ème meilleure défense avec 77,5 pts encaissés de moyenne, tandis que le CSKA en encaisse un peu moins de 80 pts cette saison. Ainsi, un cut présupposé de 172,5 pts tombe à 163,5 pts car le Real produit une moyenne de 164 pts par match en Euroleague et le CSKA 166 environ. Pendant les playoffs on a vu le Real limiter le Panathinaïkos à 72 puis 63 pts ce qui est excellent. Idem pour le CSKA qui a tenu 3 fois sur 4 Baskonia a moins de 80 points. Il ne faut donc pas uniquement se focaliser sur les statistiques offensives pour évaluer un cut attribué par les books. Malgré tout, je trouve que cette ligne inférieur à 165 points me semble accessible malgré le fort enjeu d’un match couperet.

Le Real possède un effectif pléthorique capable de frapper de toutes les positions. A l’extérieur il possède un duo explosif au poste 1 avec Campazzo et Llull. Sergio Llull a même manqué les playoffs pour blessure, pas un souci pour le Real qui a sweepé la Green Army. Campazzo est un meneur un peu foufou mais il s’agit du meilleur passeur et meilleur intercepteur de son équipe, un vrai guerrier malgré son petit physique. A l’extérieur ce duo de meneur est épaulé par deux excellents tireurs : Jaycee Carroll et le Français Fabien Causeur, meilleur marqueur de la finale d’Euroleague l’an passé (!). Deux joueurs capables de flamber au tir à tout moment, sans oublier ce diable de Rudy Fernandez qui joue au poste 2/3. Si la ligne extérieure du Real est bien fournie, que dire des postes d’ailiers et d’intérieurs. Le plus complet d’Europe à n’en pas douter. La force du Real c’est sa polyvalence, le danger peut venir de partout, aussi bien des grands dans la raquette que des petits derrière la ligne à 3 points. Le Real domine plusieurs statistiques et prouve à quel point il peut être dangereux. Meilleure équipe au rebond, meilleure équipe dans les passes décisives (la seule à 20 assists ou plus) , équipe qui réussit le plus de 3 points par match en moyenne (+ de 10 !). Leader au rebond, assists et paniers primés. Trois statistiques majeures du basket moderne. Les ailiers et intérieurs sont aussi bien capables de dominer la raquette que de prendre des tirs extérieurs. Cela permet donc au Real Madrid d’avoir une palette offensive très versatile. Les possibilités de créer un tir sont presque infinies tant la qualité, la profondeur et l’expérience de l’effectif excelle. Anthony Randolph, Trey Thompkins et Jeff Taylor sont trois ailiers athlétiques mais qui peuvent savent très bien shooter, tout comme aider au rebond. Le poste 5 du Real est aussi plus que complet avec 2 pointures pleines d’expériences : Gustavo Ayon et Felipe Reyes. Le premier est mexicain, un joueur exemplaire, un puriste au poste de pivot, un faux lent avec un jeu dos au panier très sûr, un bon touché et un sens du rebond développé. Le second est espagnol et tout simplement le meilleur rebondeur de l’histoire de la compétition puisqu’il joue depuis la création de cette dernière et qu’il joue au Real Madrid depuis 15 ans maintenant. Pour prêter main forte à ce beau duo d’ancien il existe un certain Walter Tavares. Arrivée il y a 18 mois en Espagne pour pallier diverses absences dans le secteur intérieur il a connu une excellente progression jusqu’à intéresser certaines franchises NBA. J’étais le premier à le décrier à son arrivée pour sa lenteur et son Q.I basket particulièrement douteux au sein d’un collectif. Mais à force de travail il s’est parfaitement intégré au jeu européen et vient d’être récompensé comme meilleur défenseur de l’année. Une récompense amplement justifié, du haut de ses 2,21 mètres il représente une réelle menace sous le cercle, un réel rim protector, meilleur contreur de la ligue. Une fois servi dans la raquette, son imposant corps lui permet de trouver un tir proche du panier et d’être efficace (près de 80% de réussite au tir, le meilleur ratio de la ligue). Il s’agit du 4ème meilleure ratio de l’histoire sur une seule saison, et le plus haut ratio pour un joueur ayant disputé plus de 25 matches. Il est possible de parler des qualités du Real pendant très longtemps mais je pense avoir fait le tour. Pour conclure, je précise que le jeu du Real est très rapide, ainsi, chaque possession est jouée de manière à marquer, que ce soit en transition avec des tirs rapides, ou bien sur un système d’attaque placé pour trouver un tir ouvert. La philosophie est vraiment portée sur l’offensive afin de marquer le plus possible et il est difficile de tenir cette équipe à moins de 80 points.

L’équipe du CSKA est tout autant redoutable. La base arrière est sûrement la meilleure d’Europe avec un duo de Colo/Sergio Rodriguez, deux joueurs ayant déjà joué en NBA, deux des plus gros salaires d’Europe, et c’est justifié. Moscou s’appuie sur un trident extérieur à vrai dire car il ne faut pas oublier Cory Higgins, un nom probablement inconnu mais qui est en fait le meilleur scorer de son équipe en saison régulière, avant que de Colo ne flambe en playoffs (27 et 28 pts aux Games 3 et 4 décisifs à l’extérieur). Pour épauler ce backcourt haut de gamme, il ne faut pas oublier Daniel Hackett, un excellent couteau suisse révélé à Milan puis passé par l’Olympiakos (40% à 3 pts en carrière, et un bon passeur). Si le secteur extérieur semble meilleur, ce n’est pas le cas du secteur intérieur, qui reste de grande qualité bien entendu. La doublette Hines/Hunter est terriblement complète. Hines est double meilleur défenseur de l’Euroleague, un pivot qui ne paye pas de mine car il mesure moins de 2 mètres et n’a pas un physique imposant. C’est une sorte de Rodman, un défenseur très concentré, et surtout qui peut défendre TOUS les joueurs adverses, avec lui le mismatch n’existe pas. Hunter est du genre explosif et imposant, un point d’ancrage sûr dos au panier et pour quelques alley-oops spectaculaires. Pour aider dans la raquette, il y a deux ailiers complets : Kurbanov et Clyburn. Le premier est russe, présent au CSKA près de 15 ans. L’autre est un énergumène américain. Un joueur fantasque terriblement complet puisqu’il est le meilleur rebondeur de son équipe alors qu’il s’agit d’un poste 3/4. Il est très athlétique, avec une excellente détente, un bon jeu face au panier mais aussi une belle qualité de shoot, un joueur à surveiller de très près car il excelle en 1 vs 1. A l’aile, Moscou peut s’appuyer sur ses deux recrues estivales de l’été passé, Bolomboy et Peters, pas des joueurs qui ont impressionné mais les 2 tournent à plus de 40% à 3 pts et sont une réelle menace à longue distance. Le reste de l’équipe est composée d’une rotation russe très expérimentée qui supplée parfaitement les titulaires, notamment Semenov et Kulagin. Le CSKA est une équipe évoluant plus en 1 contre 1 grâce à d’énormes individualités capables de faire basculer un match comme cela fut le cas face à Baskonia dans les matches 3 et 4. Moscou joue aussi sur un rythme rapide, le but étant de scorer le plus possible à chaque rencontre. Sur ses 10 derniers matches, le CSKA n’a été limité qu’une fois à – de 80 pts, en playoffs face à excellent Baskonia. Difficile de résister à cette équipe qui joue avec une intensité offensive très élevée.

Nous aurons sur le parquet deux équipes complètes, athlétiques, adroites et offensives. Tout porte à croire que chaque équipe pourra dépasser les 80 pts et ainsi porter le score à plus de 160 points. Je trouve la ligne dressée par les bookmakers atteignable car je la situerai plutôt à proximité de 170 points comme cela a été fait par les books l’an passé pour cette même demi-finale avec une ligne à 172,5 pts, qui a finalement sauté pour un score total de 175 pts (92-83). S’il est difficile de connaître l’issue de cette rencontre, je suis plus optimiste quant au fait de voir un score élevé dépassant les 165 points. Possibilité de tenter le fun vainqueur entre 1 et 5 points sur une affiche si indécise.

Pallac

Tipster basket européen depuis plusieurs années, polyglotte. Orienté en priorité sur le championnat italien et les clubs italiens en Coupe d'Europe mais je suis de près tous les championnats majeurs en Europe ainsi que les différentes Coupes d'Europe. Tipster sport d’hiver aussi, axé ski alpin (épreuve technique) et un peu de biathlon. Retrouvez mes statistiques détaillées en cliquant sur le lien ci-dessous (la petite maison) :)

Articles similaires

3 commentaires

    1. Je n’ai pas précisé la ligne limite pour parier, mais je fais comprendre qu’on peut s’attendre à un score autour de 170 pts donc l’over est jouable jusqu’ à 167.5 pts je trouve

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Bouton retour en haut de la page
Fermer

REJOINS MEDIAPRONOS

Et aux paris sportifs !

  • 1 Pronostic gratuit d'expert par jour
  • Un mail avec les 7 conseils essentiels pour progresser
  • Un fichier de suivi du capital pour une top gestion de BK

.
.
.

Connexion