Pronostic Euroleague

Sport et ChampionnatBasket – Euroleague
Date et heureMardi 16 Avril – 19h00
PronosticBaskonia ne perd pas ou perd de 9 pts ou –
Bookmaker et CoteUnibet @1,75
Indice de confiance de 1 à 5 3
Mise Bankroll MediaPronos30
% de bankroll conseillé1%

C’est parti pour les playoffs d’Euroleague ! Après 30 journées de saison régulière, le CSKA Moscou (2ème) et Baskonia (7ème) se retrouvent en quarts de finale. Il s’agit d’une série au meilleur des 5 matches. Mardi et jeudi prochain auront lieu les Games 1 et 2 avant d’aller du côté du pays basque pour un Game 3 au minimum. Il faut savoir que le Final 4 de cette compétition se disputera dans l’arène de Baskonia, cette compétition est un objectif majeur pour le club de Vitoria. Je pense que cette série est plus équilibrée qu’elle n’y paraît. Le CSKA est évidemment favori, lui qui a participé à 15 des 16 derniers Final 4 mais devra écarter une équipe plus qu’accrocheuse. Je vais un peu m’étendre sur la compétition avant d’en venir à cette rencontre en particulier car cela ne suffit pas de juste livrer mon sentiment sur une affiche sans placer le cadre.

L’Euroleague, comme expliqué depuis le début de la saison, est une compétition très homogène où la cotation n’est pas toujours fiable et il est plutôt compliqué de parier justement ici car les pièges sont nombreux. Par piège j’entends plutôt la cotation piégeuse des books car sur le terrain le rapport de force est équilibrée et les “surprises” sont nombreuses. Maintenant que les playoffs débutent, les rencontres s’annoncent encore plus serrées que d’habitude, sans surprise ici, car nous avons la crème de la crème. J’avoue doucement sourir lorsque je vois ce que nous proposent les books, à savoir des cotes très sous value sur les équipes à domicile. S’il est très probable de voir le CSKA Moscou, le Fenerbahce et le Real Madrid au Final 4, il ne faut pas pour autant croire que les quarts de finale seront faciles à aborder. Les affiches se terminent très régulièrement par quelques points d’écart et ne vont pas souvent au-delà des 10 points d’écart. L’an passé, chaque quart s’est terminé en 4 matches, soit 16 quarts de finales disputés. 12 se sont terminés par 10 points d’écart maximum (le ratio était de 10 sur 15 rencontres de playoffs en 2017). Le comble dans tout cela c’est que les affiches les plus “déséquilibrées” ont produit le plus grand nombre de rencontre se terminant par 10 pts d’écart maximum. Les 1/4 “1er/8ème” et “2ème/7ème” ont totalisé 8 rencontres, toutes terminant par 9 pts d’écart maximum, pas si déséquilibré que cela donc. Paradoxalement, les 4 affiches qui ont dépassé les 10 pts d’écarts se jouaient dans les 1/4 plus équilibrés “4ème/5ème” et “3ème/6ème”. C’était un peu long, fastidieux et avec pleins de chiffres mais cela est important pour comprendre mon choix pour l’affiche CSKA/Baskonia.

Parlons maintenant terrain, le CSKA Moscou est sûrement l’équipe la plus offensive de l’Euroleague, et ce depuis plusieurs années. Chaque année il s’agit de la meilleure attaque de la compétition, le trio arrière est terriblement compétitif (Higgins, de Colo et Rodriguez). Chaque saison cette équipe termine 1ère ou 2ème et dispute le Final 4, il s’agit d’un ogre toujours au rendez-vous un peu comme le Real au football avec la LDC. S’il est difficile d’en venir à bout, il est possible de l’accrocher sérieusement. J’ai choisi cette affiche car le contexte du CSKA est inédit cette saison. Sept joueurs, dont plusieurs joueurs majeurs sont en fin de contrat à l’issue de la saison et n’ont pas encore prolongé. Le club russe est un peu dans le flou et il se peut qu’il y aient de grands changements à l’intersaison, il n’y a pas vraiment de logique à long terme cette saison, comme si c’était la fin d’un cycle. Cela reste des suppositions mais le CSKA de cette saison est sûrement le CSKA le moins impressionnant des 5 dernières saisons. Je ne dis pas le moins bon car cette équipe reste monstrueuse mais l’aspect rouleau compresseur s’est estompé et j’avoue être moins bluffé que lors des précédentes saisons.

Baskonia a connu un début de saison compliqué, mais a trouvé de la stabilité après avoir changé d’entraîneur mi-novembre. L’équipe a surtout connu de gros soucis d’effectifs avec des blessures de longues dates. Pour cette série, les Basques évolueront toujours sans Matt Janning mais viennent de récupérer deux éléments clefs. Tornike Shengelia, ce nom ne vous dit sûrement rien, mais il s’agit d’un joueur fondamental et référencé en Europe. Cet ailier fort géorgien a été élu dans le 5 majeur de l’Euroleague l’an passé. C’est le capitaine et une pierre angulaire de l’équipe. Il est revenu de blessure il y a quelques semaines et monte en puissance pour être prêt pour les playoffs et préservé le week-end précédent. L’autre élément majeur est le meneur uruguayen Jayson Granger blessé depuis 3 mois qui pourrait disputer ses premières minutes lors des playoffs, mais son impact sera plutôt faible il faut être honnête (il a bien sûr un remplaçant qui a été recruté). La blessure de Shengelia permis de l’éclosion de deux joueurs qui ont impressionné sur la deuxième moitié de la saison régulière : Johannes Voigtmann et le français Vincent Poirier. Notre Frenchie vient de terminer meilleur rebondeur d’Euroleague (8,07 rbds en moyenne), un titre honorifique avant tout mais exceptionnel de terminer devant certaines pointures au poste de pivot sur cette caractéristique. L’autre est un pivot allemand 2,14 mètres qui tourne à 40% d’adresse à 3 pts sur la phase retour de l’Euroleague. Si le CSKA possède un secteur extérieur en béton armé, il a face à lui l’une des équipes les plus athlétiques de la compétition avec un quatuor Shengelia/Diop/Voigtmann/Poirier de 2,10 mètres de moyenne. Ce secteur intérieur est très dominant et va poser forcément des problèmes à la défense moscovite moins dense dans ce domaine de jeu.

Si le CSKA est deuxième au classement, il ne faut pas croire que l’équipe brille dans tous les domaines, voici la liste exhaustive des statistiques collectives moyennes par match où Baskonia est mieux classé que son adversaire : rebonds, passes décisives, interceptions, % de réussite à 2 pts. Pas ridicule donc, le CSKA est meilleur en % à 3 pts (40%) et marque plus de points que Baskonia mais n’est pas du tout supérieur dans d’autres aspects fondamentaux comme les rebonds et les assists. Vous comprenez donc que placer une cotation de 1,20 pour le CSKA et près de 4,00 pour Baskonia ne paraît pas forcément très judicieux. J’imagine plutôt des cotes comme 1,35 CSKA et 3,00 maximum Baskonia pour une ligne de handicap entre 6,5 et 7,5 points. Les deux équipes se sont affrontées très récemment lors de la dernière journée d’Euroleague. Les enseignements à tirer ? Aucun. Le CSKA ne jouait rien de spécial tandis que Baskonia devait absolument l’emporter. Au final, les Russes l’ont emporté à domicile dans une affiche peu intéressante où le CSKA s’est mis à jouer uniquement dans le dernier QT pour gagner de peu (82-78). Comment Baskonia peut espérer s’imposer s’ils viennent de perdre face à une équipe moscovite qui n’avait rien à défendre et qui a quand même gagné ?

Une question pas évidente, mais Baskonia est une équipe qui sait élever son niveau de jeu lors des phases finales, et de plus, pour mon pari, la question n’est pas de savoir comment Baskonia va l’emporter, mais comment cette équipe peut résister et s’incliner par – de 10 points. Le coach croate de cette équipe a réussi à les emmener jusqu’au Final 4 en 2016. Cette équipe est avant tout une équipe rugueuse qui s’accroche toujours et qui sait faire le dos rond avant de rebondir. La dernière défaite par + de 10 pts en Euroleague remonte à la fin novembre, soit 20 rencontres de suite sans perdre par plus de 10 points. Sur les 20 dernières rencontres c’est 12 victoires et seulement 4 défaites par + de 5 points d’écart, une équipe qui n’abandonne jamais. Avec la volonté d’aller au Final 4 à domicile, Baskonia est un véritable outsider à redouter, même quand on s’appelle le CSKA Moscou. Les Basques jouent un basket rapide, avec un jeu en transition important où la moindre opportunité est exploitée, doublé d’un secteur intérieur dominant et dense. Le CSKA va devoir montrer son meilleur niveau pour éliminer cette équipe. Sur le papier l’affiche semble déséquilibrée car les Russes ont remporté 9 rencontres de plus en saison régulière mais cela importe peu en playoffs, c’est une nouvelle compétition qui démarre maintenant.

Baskonia avait battu le CSKA lors du match aller (76-73). J’utilise très peu l’historique dans mes analyses, mais ici on note une certaine continuité : sur les 8 dernières rencontres, jamais l’écart n’a dépassé les 9 points pour deux petites victoires des Basques, deux fois à domicile. Il y a 2 ans, la configuration était exactement la même, le CSKA 2ème affrontait Baskonia 7ème pour une qualification par 3 victoires à 0. Sur le papier cela semble sec et contrôlé mais dans les faits c’était bien différent. Le Game 1 est remporté 98-90, mais le score était encore de 88-88 à 2 min 30 du terme, c’est dans le money time que le CSKA est redoutable. Lors du Game 2, le CSKA l’emporte de peu 84-82 et lors du match 3 en Espagne, les Russes s’imposent encore de peu 90-88 à la suite d’une décision arbitrale litigieuse. Sur le dernier tir à 3 points de Baskonia, il y avait une faute évidente sur Shane Larkin qui ne sera jamais sifflée et qui offre la victoire aux Russes. C’était il y a 2 ans, mais le rapport de force est presque le même à l’heure actuelle même si les effectifs ont pas mal évolué depuis. Au final, le CSKA a du lutté à chaque fois 40 minutes pour venir à bout de cette équipe basque très collante, et c’est le type de scénario que j’imagine de nouveau pour ce Game 1 et pour cette série en général. En allant au bout de mes idées, je conseillerai même de mettre une petit billet sur la qualification de Baskonia @4,50. C’est vraiment du fun car pour se qualifier, les Basques vont devoir remporter au moins un match en Russie, ce que personne n’a fait depuis + de 20 rencontres de playoffs disputées sur ce parquet…

Un dernier point que je n’invoque jamais mais qui risque d’avoir une petite importance ici : l’arbitrage. Le CSKA est un gros de la compétition, et comme partout, les gros sont avantagés, cela fonctionne bien sûr en Euroleague qui est une société privée, indépendante de la FIBA et aussi surnommée “mafialeague”, et c’est malheureusement vrai. La victoire obtenue par le CSKA face à Baskonia tout récemment était en partie grâce aux arbitres cléments sur les derniers coups de sifflets, et chaque saison, dans les moments chauds, la balance penche toujours du côté moscovite. Il y a eu cette faute non sifflée face à Baskonia en 2017, mais c’est rien comparé aux playoffs l’an passé où le Khimki Moscou se fait clairement volé le Game 4 qui lui aurait permis d’aller au Game 5 face à son ennemi moscovite. Alors que le CSKA venait de prendre 1 point d’avance, le Khimki a lancé une contre attaque ultra rapide qui allait donner un panier facile et la victoire car le CSKA ne s’était pas replacé. Mais juste avant que le panier soit inscrit, un arbitre a sifflé pour interrompre le jeu, évoquant une incompréhension avec la table de marque, du pur scandale. Plus récemment, le Zalgiris Kaunas a aussi fait l’objet d’un vol à l’état pur sur le parquet moscovite. Les Lituaniens étaient tout proche de la victoire, mais sur l’une de leurs dernières possessions, le chronomètre est soudainement tombé de 19 à 14 secondes, la suite ? Une perte de balle pour avoir atteint les 24 secondes de possession (qui n’étaient pas réellement 24 secondes), et le CSKA égalise dans la foulée pour gagner après prolongation. Ce genre de scénarii arrivent chaque année pour les Russes lorsque les fins de matches sont serrés. Ce n’est pas un argument très tangible je vous l’accorde, mais il ne faut pas s’étonner si dans le money time, le CSKA arrive toujours à être meilleur, que ce soit par le talent de son effectif, ou par des décisions prises par les hautes sphères de cette compétition…

Toute cette longue analyse pour en venir au fait que Baskonia n’a pas à se sentir inférieur à son adversaire. Sur le papier, il est clair qu’il est meilleur que lui, mais cette équipe basque donnera tout et à sa carte à jouer face à une équipe russe dont l’avenir est très incertain, quels que soient les résultats à venir. Je pars donc sur handicap de 9 points, je ne crois pas beaucoup en la victoire de Baskonia à l’extérieur, mais je crois beaucoup dans sa capacité à résister en Russie et s’incliner par moins de 10 points.

Pallac

Tipster basket européen depuis plusieurs années, polyglotte. Orienté en priorité sur le championnat italien et les clubs italiens en Coupe d'Europe mais je suis de près tous les championnats majeurs en Europe ainsi que les différentes Coupes d'Europe. Tipster sport d’hiver aussi, axé ski alpin (épreuve technique) et un peu de biathlon. Retrouvez mes statistiques détaillées en cliquant sur le lien ci-dessous (la petite maison) :)

Articles similaires

3 commentaires

  1. Wow la fessée à la finale…
    Je ne suis pas le match. Sûrement un jour sans pour baskonia.
    Je te suivais déjà avant Mediapronos et je sais ce que tu vaut. Tu taf bien et ce n’est que le début des playoff 👍

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Bouton retour en haut de la page
Fermer

REJOINS MEDIAPRONOS

Et deviens un parieur​

  • 1 Pronostic gratuit d'expert par jour
  • Un mail avec les 7 conseils essentiels pour progresser
  • Un fichier de suivi du capital pour une top gestion de BK

.
.
.

Connexion